Namur, fin avril 2012 : Ca y est, j’y suis presque !

L’aboutissement d’une année et demi d’efforts ! La date de mon examen pratique PPL est fixée au samedi 5 mai 2012.

Du moins c’est ce que je croyais. Petit coup de téléphone de Benjamin qui m’explique qu’un autre élève doit passer d’urgence son examen car il arrive en fin de validité de l’épreuve théorique. Bien entendu, j’accepte volontiers de céder ma place. 

Première annulation : Ca arrive !

Heureusement une nouvelle date est fixée au lendemain, le dimanche 6 mai. Pas de bol, la météo est vraiment pourrie.

Deuxième annulation : J’ai pas de bol !

Nouvelle tentative au mercredi 16 mai. La malchance s’acharne car la météo n’est toujours pas au rendez-vous.

Troisième annulation : Je sens la moutarde qui me monte au nez !

A nouveau une nouvelle date est fixée au jeudi 24 mai. Depuis le début de semaine, je scrute désespérément les bulletins météo à la recherche, même pas d’un peu de ciel bleu mais simplement de quelque chose d’acceptable. Les prévisions sont très mitigées : Brume le matin, risque d’orages l’après-midi.

Je désespère !

De plus je dois prendre congé pour passer l’examen prévu à 14h00. Examen, pas examen ? Congé, pas congé ? To be or not to be ? 
Vu la météo incertaine, je décide d’aller au bureau ce 24 mai quitte à prendre une demi journée de congé l’après-midi si la météo s’améliore. 
Vers 12h00, je prend la décision de partir vers Namur et laisse un message sur la boite vocale de mon examinateur. 

Celui-ci me rappelle quelques minutes plus tard :

- « Oui, la visibilité n’est pas terrible mais c’est à toi de prendre la décision. »
- « Bon, il y a déjà 7000 mètres à Charleroi et 9000 mètres sur Liège, c’est bon, par contre impossible de faire la nav vers Ostende. »
- « Ok, tu me prépares une nav vers Luxembourg. »
- « Euh, je suis en voiture et n’arriverai que vers 13h15 à Namur, il me restera donc très peu de temps pour préparer l’avion et la nav.  »
- « On verra ça, on se retrouve à Namur. »

Je n’ai décidément pas de chance avec Ostende. Déjà lors de ma grande nav, j’ai du préparer une navigation à la dernière minute.
J’avais, cette fois-ci encore, passé de longues heures à peaufiner tous les détails de ma nav vers Ostende. En vain ! 

Arrivé à Namur, la pression monte d’un cran : d’abord préparer l’avion, ensuite la nav vers Luxembourg …

Nous sommes finalement parti, en retard sur l’horaire pour le vol d’examen PPL.

Il fait très chaud, je sue à grosses gouttes et suis stressé.

En cours de vol, l’examinateur me pose régulièrement des questions sur l’avion afin d’évaluer mes connaissances. 

- « Regarde devant toi au niveau de l’horizon. Tu ne vois rien dans la brume ? »
- « Euh non, je ne vois pas d’autre avion. »
- « Moi je vois quelque chose qui approche, c’est ta licence ! » 

De retour à Namur, fatigué, crevé, suant … mais un énorme sourire aux lèvres nous remplissons les formalités administratives suite à la réussite de l’examen !

Yes ! 

Je tiens à remercier :

  • Benjamin, pour la qualité de son enseignement sa patience et son humour.
  • Claude qui m’a donné toute la partie théorique et mis le pied à l’étrier (ou plutôt au palonnier) pour mes premiers vols.
  • Christophe et Vincent (qui ont remplacé mon instructeur lorsqu’il était indisponible) pour leurs précieux conseils.
  • Edwin qui m’a fait passer le pré-check.
  • Ainsi que l’ensemble du personnel d’Aéromotion et de l’Aérodrome de Namur.
     

DSC04604

L'aboutissement d'une année et demi d'efforts.


C'est cela ... oui, Cessna oui !