Il existe de nombreux types de carburants utilisés en aviation légère. Voici les plus courants dans nos régions ainsi que les signalétiques correspondantes.

Signalétique carburants

Lors de l'avitaillement, une erreur est vite arrivée et les conséquences peuvent s'avérer catastrophiques. Je me suis personnellement déjà retrouvé deux fois avec le pistolet de la mauvaise pompe à la main. Heureusement, une double vérification avant d'avitailler m'a permis d'éviter l'erreur dans les deux cas. Il y a également d'autres filets de protection : Le fait de devoir spécifier le type de carburant au terminal de paiement empêche la pompe de fonctionner en cas d'erreur. Le commandant d'aéroport qui est très gentiment venu nous prévenir en est un autre exemple.

Néanmoins, la prudence s'impose et il importe d'être attentif :

  • Systématiquement vérifier la correspondance entre le type de carburant mentionné sur la trappe de l'avion et celle de la pompe / camion.
  • Vérifier que le pistolet utilisé est bien relié à la pompe désirée. Les tuyaux sont longs et passent par un dérouleur.
  • Garder en mémoire que la signalétique n'est pas systématiquement respectée à la lettre. Sur d'anciens avions par exemple la mention AVGAS 100LL ne respecte pas toujours la codification des couleurs. Idem pour les pistolets de certaines pompes !

Autres points d'attention :

  • Toujours relier l'avion à la terre via le câble adéquat avant d'avitailler.
  • Aucun passager n'est autorisé à bord de l'avion pendant l'opération.
  • Sur la pompe, ne pas confondre la quantité de carburant avec le prix. Vous risqueriez d'emporter environ 50% de la quantité voulue. J'ai failli le faire ! Perché sur l'échelle et relativement loin de la pompe, je regardais le mauvais affichage.
  • Bien refermer les bouchons des réservoirs.
  • Ne rien laisser tomber dans les orifices des réservoirs. Et si cela arrive, prévenir la maintenance. Des avions sont déjà tombés en panne sèche suite à la présence d'objets non identifiés dans un réservoir.
  • Certaines aires d'avitaillement sont marquées au sol avec interdiction d'y entrer et de quitter la zone au moteur. Il faut dans ce cas déplacer l'avion à la main.
  • Une fois l'avitaillement terminé, je recommande vivement de dégager la zone au plus vite en tirant l'avion à la main. Le temps d'effectuer les checklists pour un démarrage au moteur peut être long et bloquer un autre pilote qui désire avitailler. Ce type de situation génère de la frustration pour le pilote retardé et de la pression sur celui qui doit dégager au plus vite. Évitons de nous mettre de la pression supplémentaire alors que cela pourrait être évité.

C'est cela ... oui, Cessna oui !