Dans ce quatrième article de révision de la théorie du PPL, je vous propose de revoir les règles de niveau de vol & calage altimétrique.

  • Jusqu'à 3000 ft surface, l'altitude est au choix du pilote qui doit néanmoins respecter les hauteurs minimales de survol. Le calage altimétrique est également libre même si le QNH est conseillé.

  • De 3000 ft surface jusqu'à l'altitude de transition le choix de l'altitude se fait en fonction de la règle semi-circulaire expliquée plus loin. Le calage altimétrique est le QNH.

  • La zone de transition est l'espace compris entre l'altitude de transition (exprimée en altitude) et le niveau de transition (exprimé en Flight Level).
    • On ne vole pas dans cette zone excepté pour la traverser soit en montée (dans ce cas le calage altimétrique doit être de 1013) soit en descente (au calage QNH).
    • En espace aérien contrôlé, l'altitude et le niveau de transition vous seront communiqués par le contrôleur.
    • En espace non contrôlé, l'altitude de transition est fixée en Belgique à 4.500 ft AMSL.

  • Au-dessus du niveau de transition, le choix du niveau de vol se fait également en fonction de la règle semi-circulaire. Le calage altimétrique est 1013.

  • La règle semi-circulaire détermine l'altitude ou le niveau de vol à utiliser en fonction de la route magnétique suivie. Voir schéma pour plus de détails.
    Petit truc mnémotechnique : Pair vers la mer.
    Ce qui signifie que si je vole vers l'ouest = la mer, je dois adopter un niveau de vol pair.

Mais un dessin vaut mieux qu'un long discours ...

Niveau de vol & calage altimétrique 2

C'est cela ... oui, Cessna oui !