Ce troisième article de révision théorique traite d'un point particulier de la réglementation: le VFR on top.

Il s'agit de voler au-dessus d'une couche soudée de nuages et donc sans avoir le sol à vue.

Le VFR on top s'avère bien pratique pour le voyage aérien en cas de plafond bas sur la partie "en route" du vol. Je l'ai notamment utilisé lors de notre voyage en famille à destination du Mont-Saint-Michel.

116506835_o
Exemple de VFR on top.

Pour pouvoir voler "on top", les conditions suivantes doivent être réunies :

  • Se trouver au-dessus du plus élevé des deux niveaux : 3000 ft AMSL ou 1000 ft ASFC.
  • L'avion doit être équipé d'un moyen de radionavigation : VOR ou ADF ou encore GPS de classe A, B ou C. Attention, votre tablette avec logiciel GPS, même si elle s'avère très pratique pour le VFR on top, n'est pas valable d'un point de vue réglementation.
  • L'avion doit être équipé d'une radio (VHF).
  • Il est indispensable de pouvoir atteindre son niveau de croisière et rejoindre sa destination sans traverser la couche nuageuse.

En cas de vol à l'étranger, bien se renseigner sur les critères du VFR on top qui varient fortement d'un pays à l'autre.

VFR on top

Au début, voler au-dessus de la couche peut s'avérer stressant. Il faut toujours avoir un aérodrome de dégagement en ligne de mire et bien se renseigner sur la météo à destination … et bien entendu, savoir faire demi-tour à temps. D'un autre côté, voler on top est plus sécurisant que de s'obstiner à rester sous un plafond bas qui se rapproche du sol au fur et à mesure de la progression.

C'est cela ... oui, Cessna oui !