Il y a quelques années, à l'époque de ma formation PPL, j'avais fait l'acquisition de Microsoft Flight Simulator dans le but de pouvoir m'entrainer. Je n'ai finalement pas beaucoup utilisé le logiciel pour deux raisons :

  1. Voler en simulateur de vol, sans les indispensables accessoires (palonniers, manettes de gaz/mixture, etc.), reste très loin du vol VFR réel.
  2. Je dispose d'un Mac que je dois booter sous Windows pour pouvoir lancer le simulateur Microsoft. Cela n'est pas très pratique à l'usage.

En matière de simulateur de vol, deux logiciels sont leader sur ce marché : Flight Simulator et X-Plane.
Le second offre l'avantage d'être disponible sur plusieurs plateformes dont OSX.

Je décide donc de faire le pas et d'acquérir une licence dont le prix d'une cinquantaine d'euros me semble très raisonnable.
Voici mes premières expériences avec X-Plane.

Tout d'abord, il me faut charger et installer le logiciel. Si l'installation est très simple et entièrement automatisée, 3 heures seront nécessaires pour charger l'énorme volume des fichiers de l'application. Et je dispose d'une connexion Internet à 125mbps.

Premier vol : l'avion par défaut est un Cessna 172. Cela tombe bien car je ne suis pas trop dépaysé par rapport aux C150/C152 sur lesquels je vole réellement. Le tableau de bord est très soigné et réaliste. J'y retrouve même des GPS nommés XPLANE 530 et 430 qui, au libellé près, sont la copie conforme des GNS 530 et 430 de chez GARMIN. J'imagine qu'ils ne peuvent utiliser le nom pour raison de droit d'auteur. Le premier vol confirme mon sentiment sur les simulateurs : c'est sympa, certains aspects sont très réalistes, mais de manière globale cela reste loin du vol réel.

Je décide d'installer quelques décors supplémentaires correspondant à mon environnement de vol : la Belgique.

Ces décors sont téléchargeables gratuitement sur le site X-Plane. Ici par contre, l'installation est manuelle et, sans être très compliquée, nécessite parfois de nombreuses manipulations pour placer les fichiers dans les bons répertoires. Le problème est que certains décors nécessitent de télécharger une dizaine d'autres décors pour fonctionner correctement. J'ai passé quelques heures à tout configurer et des programmes d'installation automatisés seraient les bienvenus !

  • SimHeaven X-Europe offre un rendu beaucoup plus réaliste des paysage européens.
    Je recommande la vallée du Rhône en Suisse, par exemple au départ de Sion (LSGS) et de descendre celle-ci vers le Lac Léman. Je connais bien cette région et les paysages sont relativement réalistes.
  • EBCI - Brussels South Charleroi Airport 2.0 est également très bien réalisé pour ceux qui connaissent cette plateforme.

Cessna_172SP_1EBCI, le terminal commercial. En réalité, aucun avion de tourisme n'est autorisé au nord de la piste.

Cessna_172SP_2EBCI, parking d'aviation générale et caserne de pompier.

Cessna_172SP_3EBCI, en route vers Sierra 1 pour décollage en 07.

Cessna_172SP_4EBCI, en vent arrière 25 (circuit court)

Cessna_172SP_10EBCI, en vent arrière 25 (circuit court) avec vue sur la tour et le terminal d'aviation générale.

Cessna_172SP_11EBCI, en finale 25 pour un passage bas.

Cessna_172SP_15EBCI, montée initiale piste 25, vue sur la tour.

Pour les communications avec l'ATC j'ai installé le plugin XSquawkBox qui permet de se connecter au réseau VATSIM. VATSIM est un réseau mondial qui simule les communications entre ATC et avions. Certains utilisateurs jouent le rôle des contrôleurs et d'autres les pilotes. Les communications peuvent se faire via audio ou par messagerie instantanée.

VATSIM est gratuit.

Ici également, l'installation pourrait être simplifiée mais cela fonctionne. Le problème est de trouver un aérodrome sur lequel, au moment présent, un autre joueur est disponible pour assurer la fonction de contrôleur. Heureusement, l'application mobile VatMap que j'ai installée sur mon téléphone me donne la liste des joueurs/contrôleurs actifs.

Premier essai de vol avec ATC. Je configure X-Plane pour positionner mon avion au départ de l'aérodrome contrôlé indiqué. Je me retrouve aligné sur la piste 19. Quelques secondes plus tard, le contrôleur me demande ce que je fais là et me signale que je n'ai pas été autorisé au taxi et que je suis donc en infraction !

C'est cela ... oui, Cessna oui !