Après un décollage mouvementé de Charleroi, voir mon précédent article, nous prenons rapidement un cap sud en direction d'Epernay.

Le vol est ponctué par de régulières turbulences mais cela reste supportable. Je suis plus inquiet du plafond qui est plus bas qu'annoncé et par le vent plus fort. Heureusement Epernay dispose de deux pistes croisées, ce qui devrait nous éviter un atterrissage vent traversier. Malgré que le TAF ne prévoyait pas de pluie, une averse inonde le point SW de Charleroi. Nous arrivons rapidement à la frontière française et mes craintes s'estompent car le plafond remonte sensiblement et les nuages commencent à se morceler. Ouf !

Cette navigation est très facile, quelques rares zones restreintes uniquement, et relativement monotone de par les paysages survolés. Aujourd'hui et à cette heure matinale, il y a très peu d'avions en vol (tu m'étonnes) et le service offert par Paris Info est vraiment excellent. Reims est déjà en vue, ville que nous décidons de contourner par l'ouest afin de prendre quelques photos. Au sud de la ville, des collines boisées dont les flancs sont recouverts de vignes sont très visibles.

Je passe sur la fréquence d'Epernay. Il s'agit d'un petit aérodrome non contrôlé qui partage une même fréquence avec d'autre aérodromes des environs. En théorie, chaque message est sensé contenir le nom de l'aérodrome concerné. En pratique, on ne le fait pas. Cela donne donc quelque chose dans le style :

  • "F-AZER, en vent arrière main gauche 22"
  • "F-QWER, en finale 21"

Non, le deuxième pilote ne se trompe pas de numéro de piste, il est tout simplement dans le circuit d'un autre aérodrome !

Nous arrivons verticale terrain et je recherche désespérément l'aire a signaux pourtant bien mentionnée sur la carte VAC téléchargée la veille. Même au sol, je ne l'ai jamais trouvée ;-)

Seule la manche a air est bien visible et me confirmera que la piste 22 est logiquement en usage. La plateforme d'Epernay comporte de nombreuses pistes toutes en herbe : deux de plus de 1.000 mètres destinées aux avions, plusieurs pour les ULM et même un terrain d'aéromodélisme. Le tout est relié par de multiples taxiways, également en herbe, qui se fraient des chemins au milieu des champs de colza. C'est très joli, mais j'arrive à perdre le terrain de vue en longue vent arrière. Une fois celui-ci à nouveau en vue, la relative complexité des deux pistes croisées et des taxiways me cause quelques problèmes d'orientation. Il faut dire que les pistes ne sont pas balisées par des numéros et la confusion avec un taxiway est possible.

IMG_0633bPas si évident de déterminer quelle piste est la 22.

Cet épisode m'évoque la mésaventure de l'acteur Harrison Ford, qui a posé par erreur son avion sur un taxiway de l'aérodrome John Wayne en Californie.

Je retrouve rapidement mes esprits et nous nous posons sur la 22 à Epernay ou l'accueil est très sympathique : pas de taxe d'atterrissage, on me propose l'accès à un pc pour vérifier la météo et encoder mon plan de vol retour.

On appelle un taxi et 10 minutes plus tard, nous sommes en voiture pour parcourir les 10 km qui nous séparent de la ville d'Epernay.

Epernay, la capitale du champagne ! La ville est entourée de vignobles plus prestigieux les uns que les autres. Le taxi nous fait passer par l'avenue de Champagne  bordée par les immeubles des "grandes maisons" qui fait figure de Champs Élysée local.

La ville est sympathique, mais pas très animée ce lundi premier mai. Quelques magasins, de champagne bien entendu, sont ouverts mais il s'agit plus d'établissements destinés aux touristes ou quantité et ne rime pas toujours avec qualité. Nous n'y avons pas trouvé notre marque préférée. Le resto recommandé par le Guide du Routard était correct sans plus pour un prix relativement élevé. Madame Cessnaoui y goûtera du champagne naturellement … je me contenterai d'eau pétillante comme l'exige ma fonction de pilote :-(

Le vol retour se fera sans histoires car la météo s'est nettement améliorée en cours de journée. Nous aurons même droit à quelques rayons de soleil.

Voici la vidéo complète de ce vol en famille. 


En conclusion, si vous cherchez une navigation facile et pas trop longue au départ de Charleroi ou Namur, Epernay vous dépaysera. Évitez les jours fériés pour en profiter pleinement.

C'est cela ... oui, Cessna oui !