A l'approche de la belle saison, j'avais réservé trois dates dans le but de faire une belle navigation en famille. Pour pouvoir disposer d'un avion une journée entière, qui plus est le week-end, il est nécessaire de s'y prendre plusieurs semaines à l'avance sans la moindre garantie de la météo du jour J.
Nous avons eu beaucoup de chance cette année, car nous avons pu réaliser les trois vols ! Deux vers notre destination préférée : Le Touquet. Le troisième vol, est une première pour moi, Epernay.
Et pourtant, les prévisions étaient pratiquement catastrophiques : la veille du vol au matin, on parlait de pluies et d'orages. Plus personne à la maison n'y croyait : je pensais consacrer la journée de ce 1er mai au rangement de la maison avec Madame Cessnaoui pendant que Mademoiselle CessnaLouise réviserait ses leçons.
30 avril au soir, revirement des prévisions pour la Belgique : le lendemain devrait être volable. Par contre, les français sont beaucoup moins optimistes : pluies et orages sur le nord de la France et ce d'Ouest en Est.
Me voilà bien embêté car la convention de location de l'avion prévoit que le vol ne peut être annulé, sans perte financière, que si les conditions météo à Charleroi sont en dessous de minimas précis. D'accord, on pourra voler à Charleroi mais je ne vais pas louer l'avion une journée dans le but de faire le tour de la CTR.
Après une mauvaise nuit, je me réveille bien avant l'aube pour suivre l'évolution des prévisions météo. Celles de minuit montrent une tendance à l'amélioration pour la France : on ne parle plus d'orages mais uniquement d'averses avec cumulus bourgeonnants et éventuellement un cumulo-nimbus. Il me faudra attendre jusque 7h00 pour être relativement rassuré : averses temporaires sur la Champagne et le nord de la France.
Je réveille donc toute la famille pour leur annoncer que nous partons à Epernay mais que le vol risque de secouer un peu ! Le départ de la maison est fixé à 8h30 et Il ne nous reste pas beaucoup de temps pour finaliser la nav, déposer le plan de vol et préparer nos paquets.
Mademoiselle CessnaLouise s'est levée du pied gauche et est d'une humeur exécrable : aucune envie de prendre l'avion ce lundi. Pendant le petit déjeuné, de lourds nuages passent au-dessus du village et inquiètent mon épouse : est-ce une bonne idée de voler aujourd'hui ?
En route pour Charleroi, je scrute le ciel qui continue à m'inquiéter : certes, on est largement au-dessus des minimas pour un vol mais le plafond est plus bas que ce qu'indique la prévision et le vent sensiblement plus fort. Quelle sera l'évolution ?

10h30, nous nous alignons pour décoller de la piste 25.  Quelques secondes après le décollage, une série de fortes turbulences secouent l'avion, beaucoup plus fortes que ce à quoi je m'attendais. J'ai déjà volé dans de pareilles conditions mais comment vont réagir mes passagers ?
En fait, ils ont été moins surpris que moi. Pendant que j'étais concentré sur mes essais moteur juste avant le décollage, Madame Cessnaoui observait les autres avions qui dansaient le Rock'n Roll au-dessus de la piste. Elle avait prévenu ma fille …

Voici la vidéo du décollage. Naturellement mon épouse tenait la GoPro à la main ce qui amplifie les mouvements ! Malgré ça, cela reste impressionnant … 


 

IMG_7646

La suite de notre vol vers Epernay dans un prochain article … 

C'est cela ... oui, Cessna oui !