L'hiver n'est pas la période préférée du pilote. Une prévision de neige me laisse toujours un sentiment mitigé. Certes j'apprécie les paysages recouverts d'un manteau blanc, mais la perspective d'une piste inutilisable ne m'enchante guère.
Janvier 2017, une grande partie de la Belgique est recouverte de quelques centimètres. La piste en dur de l'aérodrome de Charleroi est systématiquement dégagée. J'y ai donc réservé un DA40 car la journée s'annonce froide mais sèche et ensoleillée.
Malheureusement, un coup de téléphone m'annonce fin de matinée que l'électronique de l'avion génère une alarme technique. L'appareil est cloué au sol pour la journée le temps qu'un mécanicienexamine le problème.
Bien que déçu, je m'y attendais un peu : cet avion ne dispose pas d'un hangar. En cas de froid particulièrement intense, les batteries souffrent beaucoup.

Bonne nouvelle, mon C150 préféré est disponible à Namur, ce qui est rare un dimanche ! Je me renseigne sur l'état de la piste en herbe : elle est recouverte de neige mais vu qu'il gèle depuis plusieurs jours, le sol est bien dur.
J'arrive donc à l'aérodrome de Namur 30 minutes avant mon vol … pour voir mon C150 décoller. Grrrr !
En fait, la personne avait réservé un autre Cessna … mais impossible d'ouvrir la porte du hangar dont la glissière est totalement recouverte de glace. Il a donc fallu réorganiser les vols.

IMG_0220

Heureusement, 30 minutes plus tard, je récupère mon avion à l'heure prévue :-)

Une piste en herbe enneigée ne pose pas trop de problème pour autant que le sol soit bien gelé et la neige pas trop meuble. L'astuce consiste à ne pas être le premier à s'y essayer et de bien se renseigner sur les endroits à éviter.
Pour le taxi, l'anticipation est de mise, pas de brusque coup de frein et mettre suffisamment de gaz pour éviter l'arrêt … qui risque d'être définitif.
Les basses températures facilitent la montée. Ceux qui naviguent selon la méthode traditionnelle (carte et estime), risquent d'être surpris car le manteau blanc change complètement un paysage et masque certains points de repères.
Pour l'atterrissage, la difficulté principale est, en cas de neige fraiche, d'arriver à voir la piste. Après quelques jours, des trainées brunâtres matérialisent l'axe. Ici également, pas de brusque coup de frein.

Survoler un paysage enneigé est un véritable plaisir … que je vous recommande tout particulièrement.

IMG_0167Le mémorial du Mardasson à proximité de Bastogne.

IMG_0216Je ne suis pas le seul à voler dans la région de Spa.

IMG_0182Même chauffage au maximum, la doudoune est de mise à bord du C150. -17°C au sol à Elsenborn le matin.

IMG_0227Aérodrome de Namur sous la neige.

Bémol par contre, lors du dégel … une piste en herbe reste souvent inutilisable quelques temps.

C'est cela ... oui, Cessna oui !