Comme promis, voici quelques explications et conseils sur la préparation de la navigation vers Dieppe (via Etretat) dont la vidéo est disponible dans mon précédent article.
Dieppe est une destination intéressante car le vol aller-retour, au départ de la Belgique, est réalisable en une journée. La station est attractive, située au bord de la mer, et constitue une alternative intéressante aux classiques Ostende et Le Touquet. La proximité d’Etretat et ses célèbres falaises ainsi que de l’embouchure de la Seine au Havre, valent le détour … et de superbes photos.

IMG_4566
Port de Dieppe.

IMG_1867
Pont de Tancarville.

IMG_0839
Falaises et aiguille d'Etretat.

Le choix du tracé :
 
Il répond aux critères suivants :
  • Effectuer des trajets différents pour les vols aller et retour afin de découvrir de nouveaux paysages.
  • Eviter autant que possible les espaces aériens contrôlés. Vive la liberté de l’aviation buissonnière !
  • Passage par les sites remarquables de l’embouchure de Seine et surtout Etretat !
  • Je vole au GPS. Le tracé ne tient donc nullement compte de la présence de repères visuels facilement identifiables comme des autoroutes, rivières, forêts, etc.
  • Par contre, pour les « waypoints », j’ai volontairement sélectionné des VRP (VFR reporting point). Ceux-ci offrent l’avantage d’être positionnés sur des points marquants du paysage (par exemple le croisement d’une autoroute avec une ligne de chemin de fer) et donc d’être facilement repérables en cas de problème GPS. L’inconvénient est qu'ils ne sont pas reconnus par la majorité des GPS qui équipent les avions. Il est possible de les encoder manuellement sur base des coordonnées latitude & longitude mais l’opération est plus complexe et prend plus de temps … alors que le moteur de l’avion tourne et facture ! Pas de problème par contre avec la plupart des logiciels sur tablette (comme Skydemon) qui sont généralement destinés aux pilotes VFR.  

IMG_0797La nav complète.

Vol aller :
 
J’ai choisi les waypoints suivants:
  • Le point S de LFAQ (Albert Bray) qui correspond au croisement de l'autoroute A1 avec une route départementale.
  • Le point NL de LFOP (Rouen Vallée de Seine) : noeud autoroutier de Neufchâtel-en-Bray.
  • Le point EG de LFRG (Deauville) : lac de Pont Audemer.
  • Le point NH de LFOH (Le Havre Octeville) qui est la ville d’Etretat.
  • LFAB (Dieppe) notre destination.
Aérodrome de dégagement : LFOI (Abbeville).

IMG_0799Point S de LFAQ (Albert Bray) qui correspond au croisement de l'autoroute A1 avec une départementale.

IMG_0800Point NL de LFOP (Rouen Vallée de Seine) : noeud autoroutier de Neufchâtel-en-Bray.

IMG_0801Point EG de LFRG (Deauville) : lac de Pont Audemer.
Point NH de LFOH (Le Havre Octeville) : ville d’Etretat.

IMG_0802LFAB (Dieppe) notre destination.

Le trajet ne présente pas de difficulté majeure si ce n’est qu'il est particulièrement long : comptez 2h45 de vol avec un appareil qui croise à 100KTS en tenant compte du décollage/atterrissage ainsi que l’un ou l’autre petit détour touristique.
Attention aux centrales nucléaires dont le survol est protégé par des zones P. La tolérance zéro est d’application en la matière. J’attire votre attention sur le fait que ces centrales ne sont pas particulièrement visibles ni identifiables. L’image que se fait le pilote belge d’une centrale nucléaire est celle d’énormes tours de refroidissement en béton surmontées d’un panache de fumée visible à 50 nautiques. Les centrales normandes sont beaucoup plus discrètes et certaines se fondent dans le paysage.
A proximité d’Etretat, il faudra veiller à effectuer un petit détour pour éviter de pénétrer dans la CTR du Havre.
 
Pour le Service d’information de vol, je conseille de rester le plus longtemps possible en contact avec Lille Info. Le service est excellent et ils acceptent aussi bien l’anglais que le français.
La fin du trajet nécessite de passer sur Paris Info qui était visiblement surchargé par cette belle journée de printemps et répondait invariablement « Je vous rappelle » …  Nous attendons toujours !
 
D’un point de vue touristique, les sites remarquables sont le pont de Tancarville (le tracé passe juste dessus), le pont de Normandie visible au loin ainsi que la ville du Havre et l’embouchure de la Seine … et bien entendu les falaises d’Etretat.
Pour Etretat, je conseille de contourner la ville par la gauche à une altitude de 1000ft en frôlant au maximum la CTR du Havre. Ensuite descendre au dessus de la mer jusque 600ft et longer la côte vers le nord afin de bénéficier d’une vue imprenable sur le site. Personnellement j’ai continué à longer la côte jusque Fécamp avant de reprendre le tracé original de la navigation.
 
L’aérodrome de Dieppe, comme souvent en France, accepte un trafic mixte avion et ULM. En cas de beau temps, le trafic est important ! N’oubliez pas qu’un ULM vole (souvent) plus lentement qu’un avion ! J’en ai fait l’expérience en downwind et ai été obligé d’effectuer une très longue finale pour conserver une espacement suffisant. Dieppe interdit l’utilisation simultanée de la piste en dur avec celle en herbe utilisée par les ULM.
A Dieppe, la radio se fait uniquement en français. Il est donc conseillé de revoir sa phraséologie de base dans la langue de Voltaire pour en apprécier certaines particularités : « pour information, F-XYZA effectue une PTU » ou encore « F-XYZA pour un encadrement ».
 
Dieppe est « non contrôlé » mais dispose d’un agent AFIS. Cette particularité française est déroutante pour le pilote belge.
Explication : Selon la réglementation, l’agent AFIS assure les services d’information de vol et d’alerte mais PAS de contrôle. Jusqu’ici, la situation est identique à celle de la majorité des aérodrome non-contrôlés en Belgique.
La différence est dans l’interprétation de la notion de « service d’information ». En pratique, l’agent AFIS se comporte souvent comme un contrôleur aérien et vous donne donc ce qui ressemble fortement à des ordres que je vous recommande bien entendu de suivre. Par exemple : « signalez-vous en vent arrière », « vous pouvez traverser la piste 13 ». N’oubliez néanmoins pas qu’il ne s’agit que d’information et que le pilote est 100% responsable de vérifier que la piste est bien dégagée avant de la traverser.
L’agent AFIS n’est pas présent toute la journée et prend une pause à midi. Les horaires sont spécifiés sur les cartes VAC.
 
Le service à Dieppe est vraiment excellent. L’agent AFIS s’est occupé de la clôture de notre plan de vol et a activé celui du retour une fois l’avion en l’air. Il nous a même appelé un taxi pour rejoindre le centre ville. Je recommande donc vivement !
La taxe d’atterrissage est plus que raisonnable : 11,00 EUR. Attention, il est nécessaire de demander l’autorisation avant la mise en route du moteur.
 
Vol retour:
 
Au plus simple :
  • CMB (le VOR de Cambrai Epinoy).
  • LFQJ (Maubeuge).
  • EBCI (Charleroi).
Aérodrome de dégagement : LFQJ (Maubeuge)
Toujours à 100KTS, prévoir 1h40 pour le retour.

IMG_0803CMB (le VOR de Cambrai).

 
Quelques conseils :
  • Le temps de vol est relativement long, il est donc conseillé de partir au plus tôt pour pouvoir profiter pleinement de cette journée.
  • Pour cette même raison (4h30 à 5h00 de vol), ne pas sous-estimer la fatigue. Eventuellement, prévoir deux jours avec logement à Dieppe: L’aérodrome a des accords avec certains hôtels pour pouvoir annuler sans frais en cas de mauvaise météo. N’hésitez pas à contacter l’aérodrome via sa page Facebook : Aérodrome de Dieppe Saint-Aubin. Ils sont très actifs et répondent rapidement aux messages via « messenger ».
  • Les cartes VAC sont disponibles gratuitement sur le site du SIA. Vous y trouverez également les AIP Françaises : https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr
  • N’oubliez pas que le dépôt d’un plan de vol est obligatoire en cas de franchissement de frontière. En France, vous pouvez le déposer via le site Olivia : http://olivia.aviation-civile.gouv.fr
  • En cas d’absence de l’agent AFIS, vous devez impérativement clôturer votre plan de vol par téléphone via le 0810 437 837.
  • Pour la météo : https://aviation.meteo.fr
 
Documents téléchargeables :
 
Je vous souhaite une bonne préparation et un bon vol !
 
C'est cela ... oui, Cessna oui !