Cette veille de Pâques, les cloches ont quelques heures d'avance pour nous offrir une démonstration de soufflerie sur le site de l'aérodrome de Namur.
Comment vole un avion ? Ceci a bien entendu fait l'objet d'un chapitre lors de la formation théorique ... mais j'ai été très surpris de découvrir que le phénomène est beaucoup plus complexe que ce que je m'imaginais.
Nous pénétrons dans le hangar Aeromotion pour y découvrir une machine infernale digne du laboratoire du professeur Tournesol. Bruno Scordo, son concepteur, est un véritable passionné d'aviation. S'il ne pilote pas d'avion grandeur nature, il pratique l'aéromodélisme et a construit de nombreux modèles réduits. Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui est son intérêt pour l'aérodynamique et découvrir sa soufflerie didactique.

IMG_1115

IMG_1117

Bruno commence son exposé par un flash back sur les grands moments de l'histoire de l'aviation. D'Icare aux frères Wright en passant par Clément Ader et Otto Lilienthal. Les physiciens et chercheurs sont également au programme : Newton, Bernoulli ...

IMG_1125

IMG_1132

IMG_1136

Nous en venons ensuite à la démonstration de la soufflerie.
En fait, on parle de soufflerie mais elle ne souffle pas ... elle aspire ! La remarque fera sourire certains au dernier rang ;-)
Pourquoi est-ce donc si important ? Car si elle soufflait, l'hélice provoquerait un écoulement d'air tourbillonnaire dans le tunnel qui impacterait les résultats des expériences. En aspirant, l'écoulement d'air reste laminaire.
Une fois la soufflerie mise en route, un vent dont la vitesse est réglable jusque 120 km heure, traverse le tunnel. Un tube Pitot mesure la vitesse avec précision. Une paroi vitrée nous permet de visualiser un profil d'aile relié à deux balances : une pour afficher la portance générée, l'autre pour la traînée. Des manomètres sont installés le long du profil et indiquent la pression mesurée en ces différents points.
Nous avons donc pu visualiser que la portance générée est bien proportionnelle au carré de la vitesse du vent.

IMG_1120

IMG_1142

IMG_1144

J'ai été très surpris de découvrir que le fait de sortir les flaps n'a pratiquement aucun impact sur la dépression au dessus de l'aile. Par contre, la balance indique une nette augmentation de la portance ! Mais d'où vient donc cette portance si la dépression reste inchangée ? En fait, le flaps abaissé dévie le flux d'air vers le bas suite à l'effet Coanda. L'aile génère une portance supplémentaire par réaction.

En résumé, une journée très instructive. Mais le plus important est que Bruno est vraiment passionné par son sujet et nous communique cette passion.

Merci à Bruno Scordo et à Aeromotion pour cette superbe expérience.

C'est cela ... oui, Cessna oui !