Oh Toulouse, la ville rose qui doit son nom à la couleur de la brique dont sont construits de nombreux bâtiments.

C’est également un des berceaux de l’aviation et base de départ des héros de l’Aéropostale.
Au début du siècle passé, les pilotes passaient une dernière nuit à l’hôtel du Grand Balcon avant de s’envoler livrer le courrier vers Dakar et autres destinations exotiques.

Jean Mermoz y séjournait dans la chambre no 20 tandis que Saint-Exupéry occupait la 32.
L’hôtel existe toujours et une partie a été classée « monument historique » en 1999.
La décoration intérieure fait référence à ce glorieux passé.

 

Hôtel du Grand Balcon

 

Le bar évoque la carlingue d'un avion

 

Avec des photos des héros de l'Aéropostale

 

Mais Toulouse est également le site d’assemblage de l’Airbus A380 qui, s’il n’est pas le plus gros avion du monde, est celui qui peut emporter potentiellement le plus grand nombre de passagers.

La visite des usines Airbus doit impérativement faire l’objet d’une réservation préalable.
Le site est situé à proximité de l’aérodrome de Blagnac et est accessible en transport en commun. Prévoir néanmoins un minimum d’une heure depuis le centre de Toulouse : métro ligne A jusque Arène, Tram ligne T1 jusque Andromède-Lycée et 20 minutes de promenade à pied.
L’accès depuis la station de tram Andromède-Lycée est fléché. Néanmoins les panneaux « Let's visit Airbus » ne sont pas très nombreux ni toujours correctement orientés. Un pilote prévenu en vaut deux !

 

Réservation obligatoire !

 

Les panneaux ne sont pas très visibles

 

Après les formalités d’enregistrement et de vérification d’identité, on vous demandera de laisser vos appareils photos au vestiaire. Interdiction absolue de prendre le moindre cliché dans l’enceinte de l’usine !

L’organisation est parfaitement huilée et la visite commence à l’heure pile !

Nous pénétrons dans une reproduction de salle de contrôle pour suivre sur écran géant le premier vol d’essai de l’A380 effectué en 2005.
J’imagine l’émotion que les pilotes d’essai ont du ressentir lorsque la gigantesque masse de l’avion a quitté le sol pour la première fois !
Cette première partie de la visite est très intéressante de par la mise en scène bien réalisée et les commentaires instructifs. Aucun doute, notre guide connaît sa matière.

Départ en autobus pour rejoindre l’usine située à quelques centaines de mètres. Nous apercevons déjà le titanesque hangar d’assemblage de l’Airbus A380. Avec 490 mètres de long sur 250 de large, on pourrait y coucher la tour Eiffel !

 

On pourrait y coucher la tour Eiffel

 

Nous prenons un ascenseur qui nous mène à une galerie vitrée qui nous permet, d’observer l’assemblage de trois Airbus. Trois avions seulement car le hangar est coupé en deux par une cloison coupe-feu exigée par les assurances.
Des écrans diffusent une vidéo explicative sur l’assemblage de l’appareil et surtout le transport de ses divers éléments qui sont fabriqués dans plusieurs pays : Angleterre, Allemagne, Espagne et France.

Passage ensuite sur la terrasse extérieure du bâtiment qui donne plein sud. Vue sur le tarmac des essais au sol avec les Pyrénées en arrière plan. C’est absolument splendide ! Qu’il est regrettable que les appareils photos soient interdits.
Outre quelques A380 en cours de finition, nous pouvons également profiter de quelques avions plus « vintage » : une Caravelle, un Concorde ainsi qu’un Guppy qui est l’ancêtre du monstrueux Beluga dont l’énorme fuselage sert au transport de morceaux entiers d’avions.
Notons au passage le balai incessant de quelques A350 en cours d’essais dans le circuit de l’aérodrome de Blagnac.

 

Beluga sur le tarmac de Blagnac

 

A350 en circuit

 

Retour ensuite en autobus vers notre point de départ pour une visite d’une reconstitution grandeur nature de l’aménagement intérieur de la cabine passager de l’A380.

Une visite familiale tout public, certes intéressante, mais qui laissera les amateurs d’informations plus techniques sur leur faim.
Pourquoi ne pas visiter un véritable A380 ? Impossible pour raison d’assurance selon notre guide. L’explication ne me semble pas très convaincante.


FRANCE24-FR-Reportage-Visite Usine Airbus par france24

 

La visite vaut néanmoins le détour et Toulouse est une splendide destination pour un minitrip !

C'est cela ... oui, Cessna oui !