Une fois l’examen pratique terminé, il faut encore s’armer de patience avant d’obtenir le saint Graal tant attendu : la licence PPL(A).
En attendant, il m’est possible de voler, sous les conditions du vol d’entrainement, après signature de mon instructeur sur le carnet de vol. Bien entendu, interdiction (temporaire) de transporter des passagers.

L’examinateur m’a remis le double du résultat d’examen et envoyé l’original par la poste à la Direction Générale du Transport Aérien (DGTA).
Quelques jours plus tard, la DGTA me demande, par courrier, de lui fournir les documents suivants :

  • carnet de vol,
  • une copie de mon certificat médical,
  • un relevé donnant par type d’avion, l'expérience aéronautique,
  • une preuve de paiement.

Benjamin, Edwin et James m’ont conseillé de me rendre sur place pour déposer ces documents. Il serait en effet très regrettable de perdre mon carnet de vol.

Deux jours plus tard, petit coup de téléphone à l’administration qui m’annonce que ma licence est prête. Deuxième visite dans les bureaux de la DGTA pour récupérer :

  • carnet de vol,
  • ma licence PPL (chic alors),
  • une attestation de réussite à l’examen pour l’obtention du certificat restreint de radiotéléphoniste.

Il me faut encore envoyer ce dernier document à l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) pour recevoir, par voie postale, mon certificat restreint de radiotéléphoniste.

Bref, presque trois semaines après réussite de l’examen, je dispose enfin de l’ensemble des documents nécessaires pour pouvoir voler en tant que pilote privé.

DSC04793

Licence PPL(A), certificat médical, certificat restreint de radiotéléphoniste et carnet de vol.
 

Benjamin a insisté pour que je l’informe à l’avance pour mes dix premiers vols. Il semblerait que les pilotes fraichement licenciés ont une tendance à l’excès de testostérone. Prudence donc !

C'est cela ... oui, Cessna oui !