Plus d’un mois s’est déjà écoulé depuis mon dernier vol. Je scrute avec anxiété les bulletins météo depuis le début de la semaine. Risque de brouillard ce dimanche 15 janvier. Quelle galère l’hiver !
Finalement bonne nouvelle, il ne s’agit que de brume qui se lève relativement rapidement pour la saison.

Premier vol de l’année : Namur – Zwartberg.

En attente pour la piste 06, Benjamin m’explique que parfois, des dépôts se déposent sur une bougie du moteur. Dans ce cas, il ne tourne pas rond lorsque l’on exécute le "check" sur une seule bougie par cylindre. Pour remédier à ce problème, il suffit d’appauvrir le mélange pendant une minute afin de faire chauffer le moteur et brûler les dépôts. Nous verrons plus loin dans mon récit que cette démonstration tombe juste à point.

La navigation vers Zwartberg se déroule sans le moindre problème. Mon calcul de cap s’avère correct, la direction et la force du vent sont bien conformes aux prévisions météo. Nous arrivons donc directement sur Zwartberg sans dévier d’un pouce.

Entré en circuit, j’effectue une étape de base trop longue et dépasse l’axe de piste. (C’est bien visible sur l’image de la trace GPS). Arrivé en finale trop haut et trop rapidement, mes roues touchent la piste au delà du premier tiers. Pas trop top l’atterrissage mais Benjamin est content de ma navigation.

DSC04236

DSC04239

Le C152 OO-TMC devant une "zwarte berg".


Arrivée Zwartberg

Arrivée sur Zwartberg. (trace rouge = vol EBNM - EBZW, trace verte = retour)
Cliquez sur l'image pour agrandir.


Nav EBNM - Zwartberg

La navigation complète. (trace rouge = vol EBNM - EBZW, trace verte = retour)
Admirez le calcul ainsi que la tenue de cap à l'aller !
Cliquez sur l'image pour agrandir.
 

 

Nous avons ensuite l’occasion de déguster le “Meilleur spaghetti d’aérodrome de Belgique”  dixit mon instructeur.

DSC04232


Petite frayeur pendant l’essai moteur juste avant de décoller pour le retour. Lors du "check" sur les bougies gauches, le moteur tourne de manière totalement irrégulière. Cela tombe plutôt bien, Benjamin vient de m’expliquer la procédure à appliquer … sauf qu’ici, celle-ci s’avère sans succès !

Je nous vois déjà devoir rentrer en taxi de Zwartberg ! Quelle honte !

Demi tour vers le parking ou Benjamin téléphone au mécanicien d’Aéromotion pour obtenir de l’aide. Celui-ci nous conseille d’exécuter à nouveau la même procédure mais … plein gaz. 
Appuyant de toutes ses forces sur les freins pour retenir l’avion, moteur plein gaz, Benjamin appauvri le mélange pendant une minute. Tout rentre dans l’ordre, ouf ! 

Pour le retour, Benjamin me fait effectuer la traversée de la TMA de Liège afin de m’initier au fonctionnement de l’ADF. L’Automatic Direction Finder permet, par radiogoniométrie, d’afficher le gisement d’une station au sol appelée NDB pour Non Directional Beacon.

Ensuite, initiation au pilotage sans visibilité. Benjamin déplie ma carte sur le pare brise afin de me faire perdre toute référence au sol et me demande d’effectuer montées, descentes, virages en me basant uniquement sur les instruments. Il simule ainsi un contrôleur aérien qui guide un avion perdu dans le brouillard.

DSC04245

Pourquoi avoir déplié la carte sur le pare-brise ?
(a) Par manque de place dans l'avion. De cette manière elle est facilement consultable.
(b) Il s'agit d'un exercice de pilotage sans visibilité.
(c) J'ai oublié mes lunettes de soleil. La carte fait écran.
 

Brusquement il retire le cache, et je découvre la finale de la piste 06 à Namur !

DSC04248


C'est cela ... oui, Cessna oui.